Témoignage d’une mère.

Ce témoignage souligne les dangers auxquels s’exposent les jeunes filles lorsqu’elles sont obligées de s’isoler pour se soulager. Sa fille a été agressée par un homme caché alors qu’elle déféquait en plein air ! C’est le quotidien de millions de jeunes filles et de femmes.

OPEN DEFECATION MUMBAI

Ce « timelapse » a été réalisé à Mumbai (12 500 000 habitants). Vous constaterez que les voies ferrées sont des « toilettes » à l’ai libre ! C’est la défécation en plein à Mumbai. La population que pratique, par la force des choses puisque les sanitaires sont inexistants ou impropres, prennent des risques en traversant les voies alors que les trains circulent. Par ailleurs, les bas côtés des voies ferrées sont infestés de serpents et de scorpions. Les gens se font mordre et piquer par ces animaux venimeux ! Cette vidéo est le reflet de la réalité, c’est le quotidien de plusieurs millions d’Indiens. L’on sait qu’environ 50% de la population totale de l’Inde est contrainte de pratiquer l' »Open Defecation ». Rapporté à la population de Mumbai, c’est plus de 6 millions de personnes qui déposent leurs excréments à l’air libre !

Il faut comprendre que la défécation en plein air, est à l’origine de nombreux problèmes de santé publique. Les enfants en sont les premières victimes. 1 enfant meurt toutes les 20 secondes. Tous ces déchets humains attirent les mouches qui ensuite se posent sur la nourriture qu’ils vont ingérer, occasionnant des maladies diarrhéiques.

Les jeunes femmes sont également, plutôt en milieu rural, victime de la défécation en plein air. Elles sont contraintes de patienter jusqu’à la nuit tombée pour se soulager. C’est alors que des prédateurs sexuels les agressent. Elles sont terrorisées ! Les actes de la vie courante, se transforment en angoisse pour des millions de femmes.

Les conséquences de la défécation en plein, coûtent globalement 54 milliards de Dollars par an à l’Etat indien. C’est la raison pour laquelle le Premier Ministre Indien, Narendra MODI, a lancé une vaste campagne « Clean India ». En janvier 2015, il prononce un discours dans lequel il annonce : « Toilets First; Temples Later ». Depuis de nombreuses années, l’ONG Sulabh International, fondé et dirigé par Le Dr Bindeshwar PATHAK, oeuvre pour le développement de toilettes dans le pays.